Accueil > Actualité > Comité de co construction = comité bidon.

Comité de co construction = comité bidon.

dimanche 31 mars 2019, par Marcel Guillaume

En juin 2018, la ville mettait sur pied un comité de co construction destiné à plancher sur la requalification du quartier Léopold.

Objectif : repartir d’une feuille blanche pour construire ensemble un nouveau projet pour cet espace.

Très rapidement, nos craintes sur l’objectif réel de ce groupe se sont confirmées : pas de contact possible entre les participants (les adresses mail nous ont été refusées), bureaux d’expertise tous clients de la ville de Namur , présentations présentant systématiquement le centre commercial comme incontournable, nombreux participants ayant une couleur politique clairement affichée, questions de clarification éludées....etc.

Dès la troisième réunion, 4 associations ont donc décidé de quitter le processus : ASBL Namur 80, Association des commerçants Namur, le Forum Citoyen Namur et le collectif parc Léopold.

Les participants restants s’en sont outrés puisque la défection des mouvements " contestataires " rendait évidemment leur légitimité très hypothétique.

Outre les irrégularités mentionnées ci-dessous, ce que ne souhaitait pas le collectif, c’était cautionner un résultat connu d’avance à savoir : une carte blanche donnée au promoteur et la disparition de l’ensemble du parc.

Les conclusions présentées en grande pompe il y a peu confirment largement nos inquiétudes.

Lors de cette présentation, de nombreuses informations erronées ont été délivrées , notamment sur la longévité des arbres présents (10 à 15 ans alors même que les platanes vivent plusieurs centaines d’années), la perte de biodiversité au sol , la possibilité pour la ville de maîtriser le transfert des enseignes commerciales présentes à Namur et qui souhaiteraient migrer en masse vers le futur centre commercial .....etc.

Ce comité s’avère d’ailleurs être un échec complet puisque contrairement à ses objectifs initiaux , il ne lui a pas été possible de proposer un projet concret et n’a débouché que sur de vagues et très généralistes recommandations bateau.

Nous voilà donc à nouveau dans la même situation qu’après la consultation populaire.

Faute d’arguments concrets et vérifiables sur la nécessité d’éradiquer cet espace public, nous continuerons à nous battre pour le préserver pour la 7ème année consécutive.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0