Accueil du site > Actualité > « Sauvegarde du parc Léopold à Namur : réponse peut-être ce 14 octobre dans les (...)

« Sauvegarde du parc Léopold à Namur : réponse peut-être ce 14 octobre dans les urnes ! »

jeudi 11 octobre 2012

Communiqué du Collectif Namur Parc Léopold – 10 octobre 2012

Le 29 août dernier, nous lancions une initiative citoyenne pour la préservation du Parc Léopold et une série d’actions d’information (www.namurparcleopold.be). Nous étions une poignée de citoyens et cinq associations : Les Amis de la Terre, Arboresco, Namur 80, le Mouvement des Objecteurs de Croissance, et Occupy Namur des Indignés. Aujourd’hui, à la veille des élections communales, nous souhaitons faire le point et dresser deux constats.

Le premier constat est sans équivoque : le soutien populaire est énorme et rarement Namur a vu une telle mobilisation. En quarante jours, nous sommes passés d’une dizaine à 8400 citoyens. 8400 personnes qui réclament aujourd’hui haut et fort que le Parc Léopold soit préservé et amélioré. C’est plus que les 7560 voix de préférence recueillies par Jacques Etienne en 2006. Qui peut décemment ignorer cette opinion publique ?

Au delà du nombre d’individus, ce sont aussi des centaines d’expressions libres marquant le bon sens, l’émotion, la colère, l’incrédulité. Qui osera dire après cela que les espaces publics et les arbres dans la ville ne sont pas des questions qui intéressent le citoyen ? L’espace public est un lieu de démocratie participative. Quel décideur osera reprendre ce droit au nom d’un quelconque pragmatisme ? Les Namurois ne veulent plus que l’aménagement de la ville se décide en chambre. Il est urgent que le monde politique fasse preuve d’écoute et mette en place les outils concrets de cette participation.

Fête au Parc Léopold - Septembre 2012

D’autres associations nous ont aussi emboîté le pas, soit en rejoignant le Collectif (le Groupe de Réflexion et d’Action Pour une Politique Ecologique, l’Association de Défense des Sites et Vallées du Namurois, la Maison des Seniors), soit en publiant leur position contre la disparition de ce parc en centre-ville (Nature et Progrès, la revue Confluent) ou encore en relayant notre action sur leur site (Inter-Environnement Wallonie). Des personnalités connues pour leurs positions sur le développement durable, la protection de la nature ou l’aménagement du territoire soutiennent notre action (citons par exemple Paul Lannoye, Alain Hubert, Julos Beaucarne ou Luc Maréchal). Outre les citoyens, c’est donc le monde associatif et intellectuel préoccupé des questions environnementales, d’aménagement du territoire et de leurs impacts sur la société qui nous apporte ainsi un soutien précieux. Qui peut ignorer ces prises de position ?

Le deuxième constat a trait à la réaction du monde politique. Il est moins enthousiasmant.

Certes nous nous réjouissons d’une légère évolution du côté de la majorité sortante mais cette évolution n’est ni achevée ni convaincante. Alain Detry (MR) est venu à notre rencontre pour nous dire qu’il souhaitait « sauvegarder, même partiellement, la végétation présente sur le site ». Aujourd’hui nous ne savons pas si c’est la position de son parti. Un peu bousculé par l’ampleur de notre action, c’est ensuite Ecolo qui vient à notre rencontre de manière plus musclée et nous annonce finalement vouloir « préserver un espace vert, avec le maintien d’un maximum d’arbres ». Le CDH ne nous a pas contactés mais il aurait marqué son accord sur cette dernière expression. La majorité actuelle aurait donc tendu l’oreille. Peu d’indices toutefois montrent son souhait de revoir en profondeur ce projet qui trône majestueusement dans le hall de la gare et qui ne maintient rien du Parc Léopold. Ce marketing constant serait une forme de démocratie participative sans doute ? Comme tout reste à faire lors du dépôt du permis d’urbanisme et de l’enquête publique qui suivra, nous nous demandons si des alternatives seront présentées avec la même force ou si le citoyen aura simplement le droit d’émettre un avis sur la couleur des châssis.

Dans l’opposition, le PTB+ soutient notre initiative. Dès l’enquête publique en janvier il a d’ailleurs explicitement marqué son désaccord profond avec le projet actuel. Pour l’opposition siégeante, le PS, nous trouvons un positionnement assez clair : « Réaménager le square Léopold et recréer le lien entre Namur et Bomel par la couverture des voies de chemin fer ». C’est aussi la position de Jean-Louis Close, ancien bourgmestre PS, qui a signé et commenté notre pétition. Toutefois nous constatons que seuls le jeune candidat socialiste, Antoine Piret et Florence COLLARD ont osé venir la signer. Le PS souhaite une autre stratégie pour le quartier mais en l’absence d’études n’offre pas de garantie notamment sur la concurrence commerciale qui pourrait être engendrée par un développement plus ample. Cette concurrence est pourtant une inquiétude récurrente des signataires de notre pétition.

En résumé, la destruction du Parc est toujours considérée comme un moindre mal par la majorité sortante. Le PS veut changer de stratégie mais n’a pas levé toutes les ambiguïtés de sa position. Nous refusons des positions minimalistes ou des positions hésitantes. Nous voulons des alternatives crédibles et fermes où l’espace public de qualité et la nature en ville ne passent pas après le développement commercial. C’est un tout. Nous sommes persuadés qu’il y a des alternatives « gagnant-gagnant » et demandons de la créativité.

Nous souhaitons ici remercier les citoyens qui nous ont soutenus. Nous restons vigilants et déterminés. Parc Léopold Septembre 2012


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0