Accueil > Actualité > Espace Léopold - la ville souhaite repartir d’une feuille blanche. Nos (...)

Espace Léopold - la ville souhaite repartir d’une feuille blanche. Nos questions ! (6)

jeudi 5 avril 2018, par Marcel Guillaume

Le collectif prend acte de la volonté de la ville de Namur de repartir d’une feuille blanche pour le projet d’aménagement de l’espace Léopold.

-  Il souhaite néanmoins rappeler ceci :

Le maintien du parc Léopold a été plébiscité lors d’une consultation populaire organisée par la ville.

Un projet alternatif a déjà été proposé par un collectif citoyen « Forum Citoyen Namur « . A l’exception du promoteur Besix, qui s’exprime en fonction de ses intérêts personnels, ce projet fait l’unanimité.
Si les avocats ont démontré l’impossibilité légale d’un échange de propriété, aucune étude n’a été sollicitée pour savoir comment aboutir à la réalisation de ce projet alternatif. Or des pistes existent.
Cette idée de switch va-t-elle faire partie des options à discuter ?

-  Le collectif s’interroge donc sur l’objectif réel de cette proposition , sur la méthodologie et le timing proposé.

Alors même que la majorité politique s’est toujours exprimée en faveur d’un grand centre commercial, voici venir une proposition qui semble remettre totalement en question cette position. Pourquoi ?

Le collectif Forum Citoyen Namur a prouvé ses capacités à organiser ce type de consultation ; pourquoi ne pas lui confier cette organisation et assurer ainsi l’indépendance de la démarche ?

La ville dit vouloir aller vite dans cette démarche alors même que le collectif souhaiterait une action posée et menée sereinement de nature à garantir un résultat de qualité ? Une manoeuvre électorale ?

Quel caractère contraignant (ou non) aura la solution retenue et dans quelle mesure pourra t elle être opposable à la société Besix ?

Le collectif souhaite que cette démarche ne soit en rien liée à l’échéance électorale.

Nonobstant ces considérations, le collectif soutient cette initiative avec enthousiasme mais refusera d’intégrer et de cautionner une initiative falsifiée telle que celles menées lors de la consultation populaire et au sein du comité de conciliation qui a suivi. Il prend acte également que la ville reconnaît implicitement, , par cette initiative, que le projet de centre commercial n’est pas (plus) approprié.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0