Accueil du site > Actualité > La procédure de demande de consultation populaire sur l’avenir de ce parc est (...)

La procédure de demande de consultation populaire sur l’avenir de ce parc est lancée

dimanche 19 janvier 2014

Le collectif pour la sauvegarde du parc Léopold bénéficiait le 12 décembre d’un droit d’interpellation au conseil communal sur base de la question suivante :

Pourquoi un avant-projet de PCAR voté collégialement le 14 novembre ne prend-il pas en compte le souhait de 12000 citoyens de conserver et d’améliorer ce parc ?

Maxime Prévot, Mme Barzin et Arnaud Gavroy prenaient la parole tour à tour et reprenaient les arguments maintes fois répétés et qui, à aucun moment, ne prennent en compte les attentes exprimées par les 12000 citoyens de maintenir et réhabiliter ce parc.

Rien de bien neuf donc , si ce n’est que nous regrettons le mépris exprimé par le bourgmestre pour la pétition organisée par le collectif « Si j’entends bien vos chiffres, vous auriez récolté une signature toutes les 10 secondes « 

Devant l’ évidente mauvaise volonté du collège à entendre sa population, le collectif engage dès aujourd’hui une procédure de demande de consultation populaire sur l’avenir de ce parc.

La demande du formulaire ad hoc a été adressée au collège communal.

Dès sa réception, le collectif organisera une conférence de presse et une soirée d’information à l’intention des citoyens.

Texte de l’interpellation du collectif :

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les Echevins, Mesdames et Messieurs les Conseillers Communaux

Je m’adresse à vous en tant que porte-parole du Collectif pour la sauvegarde du parc Léopold à Namur.

Ce Collectif est une association de fait constituée en août 2012 afin de militer activement pour la sauvegarde de ce parc dont la disparition est programmée afin de faire place à un projet de centre commercial.

Ce collectif se compose de : L’ASBL Les Amis de la Terre, le groupe local du Mouvement des Objecteurs de croissance, L’ASBL Namur 2080, L’ASBL Arboresco, l’Association de défense des Sites et Vallées du Namurois, le Grappe et Occupy Namur (mouvement des indignés), ainsi que quelques citoyens ne représentant qu’eux-mêmes.

Dès le début de l’année 2012, comme beaucoup d’associations et de citoyens, nous avons souhaité réagir au programme de requalification urbaine du quartier de la gare de Namur appelé PRU, présenté en séance publique le 5 décembre 2011 préalablement à sa mise à l’enquête publique. Ce PRU prévoyait notamment la destruction complète du site du parc Léopold à Namur pour faire place à la construction d’un centre commercial.

Les remarques émises lors de cette enquête publique n’ayant pas été prises en compte, nous avons, dès le mois d’août 2012, décidé de nous organiser en Collectif afin de mieux faire entendre celles-ci.

Le premier objectif du Collectif, précisé lors d’une conférence de presse organisée à Mundo-Namur, rue Nanon, en août 2012, était le suivant : évaluer l’intérêt de la population namuroise pour le maintien de ce parc et, en cas de réaction positive, réagir par tous les moyens légaux afin d’en assurer la pérennité.

Pour ce faire, un site internet a été créé afin d’expliquer les objectifs du Collectif et recueillir ainsi des avis sur l’opportunité du maintien de cet espace public. En parallèle, une récolte de signatures sous forme de pétition a été organisée sur le site même du parc entre septembre et novembre 2012.

Il me paraît utile de vous rappeler le succès incontestable de cette initiative puisqu’en seulement quelques jours effectifs de présence, ce sont plus de 12000 signatures qui y ont été récoltées : environ 60% émanent de résidents namurois, 30% émanent d’habitants des communes limitrophes et 10% de visiteurs plus lointains.

Pourquoi 12000 ? Pourquoi pas plus alors que trois heures sur place suffisaient à récolter entre 800 et 1100 signatures ?

Tout d’abord, pour nous permettre d’atteindre un chiffre hautement symbolique correspondant à plus de 10% de la population namuroise ! Ensuite parce qu’il nous paraissait évident que si 12000 voix n’avaient pas le don de vous interpeler, en récolter quelques milliers de plus n’y changerait pas grand-chose.

Cette pétition vous a été remise, Monsieur le Bourgmestre, à la mi-janvier de cette année 2013. A cette occasion, vous vous étiez engagé à contacter le promoteur afin de nous proposer une alternative qui permettrait de sauvegarder quelques arbres, ce que vous aviez qualifié de « modifications à la marge », proposition qui ne s’est jamais concrétisée et que nous n’aurions, de toute manière pas acceptée puisque notre objectif est la protection et la réhabilitation de l’intégralité de ce parc.

Des déclarations de partis politiques membres de la majorité, mais aussi quelques initiatives individuelles de cette même majorité nous ont laissé penser, un court instant seulement, qu’un dialogue et une prise en considération de l’opinion publique était encore possible.

Nous avons constaté que l’adoption, sans réelle opposition, de l’avant-projet de PCAR lors du dernier Conseil communal du 14 novembre 2013 entérinait la minéralisation complète de ce parc Léopold, et ne tenait aucunement compte des souhaits exprimés par ces 12000 citoyens. Cet état de fait justifie et explique mon intervention de ce jour.

Il ne me semble pas utile de revenir longuement sur l’intérêt de la préservation de ce parc et sur notre déception pour le flagrant manque d’intérêt que vous avez manifesté vis-à-vis des ébauches d’alternatives proposées et qui, contrairement au projet que vous soutenez, permettait d’atteindre tous les objectifs importants que cette ville souhaite atteindre pour améliorer sa situation : préservation de ses espaces verts et publics, assurer un véritable lien entre la Corbeille et le quartier de Bomel, rendre aux citoyens l’espace devant la gare, augmenter l’attractivité du centre-ville …... etc.

Il apparaît donc évident qu’à aucun moment, au cours de l’élaboration de ce projet, ni d’ailleurs dans aucun des autres grands projets structurants que vous menez actuellement, vous n’avez souhaité sonder l’opinion de la population ni manifesté de l’intérêt pour les messages qu’elle vous a fait parvenir.

J’en viens donc à l’objet de mon interpellation et ma question est donc la suivante :

Pourquoi un avant-projet de PCAR voté collégialement le 14 novembre ne prend-il pas en compte le souhait de 12000 citoyens de conserver et d’améliorer ce parc ?

Marcel Guillaume, Pour le collectif de la sauvegarde du Parc Léopold 12 Décembre 2013 Namur

Fête au Parc Léopold - Septembre 2012


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0