Accueil du site > Revue de presse > Le collectif veut un médiateur extérieur pour arbitrer les débats

Le collectif veut un médiateur extérieur pour arbitrer les débats

mardi 10 février 2015, par L’Avenir

Les membres du collectif se sont revus hier pour évoquer les futures négociations avec le collège. Avant de commencer, ils veulent un médiateur.

Les petites nuits sont souvent suivies de longues matinées. Le collectif de défense du square Léopold n’a pas dérogé au lendemain du scrutin. Ils se sont réunis en vue de préparer les négociations promises par le Collège communal. « On voit que la main est tendue mais on ne va pas la serrer à n’importe quelle condition », précise Franz Bodart, membre du collectif.

La présence des défenseurs du « non » autour de la table va dépendre d’une exigence préalable. « On veut que la personne qui sera amenée à présider cette commission ne soit pas issue du Collège au risque de s’entendre dire : “vous voyez avec eux on ne sait pas négocier ”. Nous voulons une personne extérieure qui puisse jouer un rôle de médiateur et amener des pistes de réflexion », poursuit Franz Bodart. Si les membres du collectif ne dévoilent aucun nom pour l’instant, ils reconnaissent avoir des candidats potentiels.

« Le square n’est qu’une pièce du puzzle »

Une fois la personne adéquate désignée, les défenseurs du square se disent prêts à faire des concessions. « Ces dernières semaines, on nous a fait dire choses que nous n’avions jamais dit. Comme quoi nous voulions conserver la totalité des arbres, comme quoi nous étions contre le centre commercial. »

Pour l’un des bras droits de Marcel Guillaume dans le combat contre le « oui », le problème ne se limite plus à la surface commerciale à envisager et à l’abattage des arbres. « Le square n’est qu’une pièce du puzzle. Le vrai problème, c’est le devenir de Namur. On ne veut pas jeter tout ce qui a été fait au bac mais il faut revoir la totalité du plan communal. Et ça, je ne sais pas si la Ville est prête à le faire. »

« Un complexe plus petit serait une bonne chose »

L’UCM Namur avait rendu un avis mitigé sur le projet de centre commercial au centre-ville. Un « oui » sous conditions dont les réserves constitueront les points d’attention que l’UCM amènera autour de la table.

« Nous souhaitons toujours que le centre commercial – si centre commercial il doit y avoir – trouve sa place au centre-ville et non en périphérie, entame Delphine Frennet, la directrice de l’UCM. Nous souhaitons aussi qu’il s’intègre dans une dynamique de relance du Nord de Namur qui associe pleinement le commerce du centre-ville. On restera très vigilants sur la perméabilité du complexe vers la rue Borgnet et le centre-ville, afin d’éviter toute cassure avec le commerce existant. Le parking complémentaire devrait aussi pouvoir bénéficier à tous. Quant à la taille du complexe, si elle est revue à la baisse, on considère que c’est une bonne chose. »

L’UCM se réjouit d’être associé à la réflexion, mais avance prudemment. « On n’a encore jamais vu de maquettes ni de plans, dit Delphine Frennet. On ne sait pas non plus quelques enseignes ont été approchées, lesquelles ont manifesté leur intérêt… Tout cela reste assez vague or ce sont des éléments qui se trouveront au cœur des débats. » L’UCM ne se prononce pas sur le maintien ou non d’arbres au square Léopold : la question échappe à sa sphère de compétence.

« Le projet doit refléter l’identité namuroise »

« Notre attitude au sein du comité d’accompagnement sera vigilante et constructive », annonce Éliane Tillieux, ministre wallonne et chef de file socialiste au conseil communal de Namur.

Le PS viendra avec des propositions pour infléchir le projet afin qu’il se teinte de l’identité namuroise. « Si le centre commercial est un exact copier-coller de ce qui existe déjà ailleurs, on aura tout perdu, dit Éliane Tillieux. Nous nous battrons pour un complexe reflétant le caractère de Namur et l’image de ville innovante et créative qu’on veut lui donner. »

Premier élément : le dimensionnement. Le PS plaidera pour un complexe commercial à taille humaine, loin des 23 000 m2 annoncés. Le site devra intégrer la dimension de « smart city », de ville numérique, de même que celle de ville de culture. « Et pourquoi pas un espace d’exposition ou d’expression artistique accessible aux acteurs culturels locaux au sein du complexe ? », imagine Éliane Tillieux.

Sans faire du maintien des arbres du square Léopold une priorité, le PS demandera le maintien d’un « espace ouvert et public » permettant la rencontre citoyenne.

Les socialistes namurois seront attentifs aux questions de l’accessibilité et du parking, quitte à remettre en cause l’implantation actuelle du projet. L’idée d’une couverture, même partielle, des voies ferrées sera mise sur la table. « Le projet doit être remis en question de fond en comble », considère l’élue socialiste.

« Il faudra discuter de la mobilité »

L’association des commerçants, par le biais de son président Jean-Luc Maquet, s’est dite satisfaite d’être associée à la réflexion sur le projet de centre commercial revisité.

Pas opposé à un centre commercial, pour autant que celui-ci vienne s’installer en centre-ville, le président explique que le contexte commercial namurois a néanmoins changé depuis les premières discussions. « La périphérie a quand même été équipée, la consommation a fléchi et le commerce électronique s’est développé, explique Jean-Luc Maquet. Il est donc nécessaire de remettre ça sur la table avec une personne d’expertise. »

L’association des commerçants compte bien revenir sur ce qu’elle considère comme un obstacle à la fréquentation des enseignes namuroises : leur accessibilité. « On nous a présenté l’exemple de Maastricht, ok. Mais la politique de mobilité est différente en Hollande. Il faut donc repenser ça ici aussi. »

Et Jean-Luc Maquet de s’interroger : « Pourquoi les gens fréquentent-ils plus volontiers le magasin Esprit de Louvain-La-Neuve plutôt que celui de Namur, alors que les produits et les prix sont les mêmes ? Parce que c’est tellement plus simple de se garer juste en dessous du magasin… »

Source : http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150..., Accueil Régions - mardi 10 février 2015 07h40 - Bertrand LANI - L’Avenir


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0