Accueil > Revue de presse > Le « piège à cons » tendu à Maxime Prévot

Le « piège à cons » tendu à Maxime Prévot

vendredi 15 août 2014, par Le Vif

C’est la polémique qui enflamme Namur depuis plusieurs mois. Le parc Léopold, situé en face de la gare, devrait bientôt laisser place à un centre commercial.

Maxime Prévot. © Image Globe

Le projet suscite toutefois l’hostilité d’une partie des habitants, bien décidés à le torpiller. Plus de 11 000 signatures ont ainsi été remises à la majorité CDH-MR-Ecolo, pour exiger la tenue d’une consultation populaire. « Pour moi, c’est un piège à cons, estime l’ex-bourgmestre CDH Jacques Etienne. Comment va-t-on poser la question ? Si on demande aux gens s’ils sont pour ou contre l’abattage des arbres, tout le monde va être contre, évidemment. Je ne sais pas comment Maxime Prévot va se débrouiller avec ça. Moi, à sa place, je n’organiserais pas la consultation, car j’estime que le débat a été biaisé. »
Jacques Etienne se rappelle avoir alerté son propre parti quand le principe de la consultation populaire a été introduit dans la législation wallonne. « A l’époque, j’avais dit : les gens veulent la démocratie participative, qu’ils l’assument ! Selon moi, il devrait y avoir 50 % de citoyens signataires pour qu’une consultation soit organisée, et 50 % de votants pour qu’elle soit dépouillée. »

Source : Le Vif » Actualité » Belgique »

François Brabant
Source : Belga
jeudi 14 août 2014 à 09h38

BLOG REACTIONS

Michel Lambillon | 14 août 2014
En Belgique, le mot démocratie s’écrit avec deux "s"

Michel Charles | 14 août 2014
Entièrement d’accord avec Myriam Strepenne. Si en Suisse c’est possible c’est parce que la Suisse est une véritable démocratie où l’on tient compte de l’avis des citoyens, ce n’est pas comme Belgique qui l’est de moins en moins. Il est bon de rappeler au CDH Prévot qu’il n’est rien d’autre qu’un employé au service des citoyens et qu’il est là pour faire ce que le peuple demande !!!

eric hourant | 14 août 2014
@ludovicliessens >> remplacer par de l’immobilier est un point de non-retour.<< (sic). Rassurez-vous, je suis tout à fait de votre avis.

Myriam Strepenne | 14 août 2014
En Suisse, c’est possible car cela se déroule dans la transparence et le dialogue démocratique mais prend du temps. Là, les promoteurs doivent montrer les avantages que la communauté devrait tirer du projet. Ici, comme c’est une dictature particratique, les gens se verront imposer un brol qui peut s’avérer foireux mais, c’est pas grave, une minorité en tirera de toute façon profit.

Alain Bertieaux | 14 août 2014
Les "on" qui investissent dans des projets de centres commerciaux ou de bureaux sont des promoteurs privés et je pense que Mr Michotte a raison : ils peuvent toujours vendre assez facilement et ce même avant fin des travaux à des compagnies d’assurance qui sont obligées légalement d’avoir des réserves immobilières ou à des fonds qui brassent énormément d’argent et qui veulent gonfler leurs portefeuilles immobilier. L’argent n’est pas un gros problème pour eux. Construire du logement ou autres n’est pas du tout leur priorité.

Alain Bertieaux | 14 août 2014
Les "on" qui investissent dans des projets be bureaux et de centres commerciaux sont des promoteurs privés et je pense que M

charles tergolina | 14 août 2014
Comme pour n’importe qu’elle consultation,il faut d’abord une pétition signée en masse. 50% des citoyens me semble extrêmement exagéré mais normal de la part d’un opposant à la consultation(il faudrait voir ce que la loi suisse propose, ils ont l’expérience) . Ensuite, tous les habitants devraient obligatoirement voter (suivant la loi belge) soit ici tous les habitants de Namur. Et ce référendum devrait être contraignant et non pas consultatif comme à l’heure actuelle. Dans ce dernier cas quel que soit le résultat de la consultation, on fera ce que "l’administration" aura décidé. Ceci découragera, les citoyens (pour le futur) et les politiques seront tranquilles : il n’y aura plus de "consultations". La dictature particratique aura fait bonne figure démocratique tout en maintenant sa dictature de fait... A Mons les citoyens voulait garder parking sur la Grand Place, les autorités pas. Résultat de la consultation : parking, résultat réel :Grand Place n’est plus un parking. La loi a été suivie par les autorités : la consultation n’est pas contraignante....on a trouvé excuses pour en dénigrer la valeur. Et dés lors, il était hors de question d’organiser consultation pour le projet de la gare "Cavatrala" malgré une opposition populaire massive en face de ce gaspillage insensé des deniers publics....

Régis Colombier | 14 août 2014
L’emploi dans le commerce de proximité est une équation à somme nulle, Ce que vous créez d’un coté, vous le détruisez de l’autre. La masse d’argent à dépenser n’augmente pas en fonction des surfaces commerciales, mais de vos salaires et de vos besoins

Ludovic Liessens | 14 août 2014
M. Hourant, ce qui se passe dans le parc n’est pas de notre essort, mais de celui des autorités communales. Remplacer le parc par de l’immob pour ce motif est un aveu d’impuissance. En tous cas remplacer par de l’immobilier est un point de non-retour.

eric hourant | 14 août 2014
@ludovicliessens >> Sacrifier un parc en pleine ville est aberrant.<< (sic). Exactement mais d’un autre côté, il faut voir aussi à quoi il ressemble, ce parc et on ne peut pas dire que son entretien soit une vraiment priorité pour les autorités namuroises. Cela dit, ce « parc » participe déjà au commerce local. Mais c’est surtout un commerce de nuit et pas vraiment de marchandises que l’on trouve en magasin.

eric hourant | 14 août 2014
@michelleclercq >>centre commercial = emploi<< (sic). Cela, c’est un argument de promoteur. Parce que vous pensez qu’installer un centre commercial ne va pas se faire au détriment d’autres commerces ? Déjà que les « petites » boutiques du centre de Namur éprouvent des difficultés à payer leur location, alors, vous pensez bien qu’avec un centre commercial dans les pattes, les fermetures vont tomber. Alors, pour vos emplois, vous pourrez vous brosser.

Ludovic Liessens | 14 août 2014
Sacrifier un parc en pleine ville est aberrant. Quant aux emplois gagnés, ils le seront au détriment de tous les commerces riverains et encore plus loin. Si cela se fait quand-même, ce sera exclusivement pour la poche des spéculateurs immobiliers, à court ou à long terme.

michel leclercq | 14 août 2014
un parc utile aller faire un tour a 10 heures au soir !!!!!!!!!

michel leclercq | 14 août 2014
centre commercial = emploi

Stanislas Michotte | 14 août 2014
Le marché immobilier des bureaux et des complexes commerciaux est un marché qui est beaucoup plus indépendant de la demande que ne l’est celui du logement. Au-delà des effets d’offre et de demande, la construction de bureaux et - dans une moindre mesure - de commerces continue d’être rentable sur les marchés financiers, en tant qu’investissements, pour des institutions qui gèrent des fonds. Soit le bénéfice est réalisé à court terme par la vente du bien directement après sa réception, soit il est réalisé à plus long terme grâce à l’inscription du bien dans un portefeuille immobilier qui gonfle la valeur du fonds auquel il est lié (investissement, assurance, pension). Suis pas spécialisé, mais c’est ce que je crois comprendre sur base de ce que j’observe dans mon travail de consultant. Donc, peu importe que le marché réel soit saturé, la construction se poursuit parce qu’elle rapporte des dividendes à un certain niveau. En fait, c’est tout à fait cohérent dans un système capitaliste basé sur la croissance infinie. Mais c’est évidemment absurde du point de vue strictement économique (au sens premier du terme).

Pierre GERARD | 14 août 2014
Cherchez à qui cela profite ....

Georges Vassaux | 14 août 2014
La démocratie vue par le CDh namurois... suite logique de la constitution de l’alliance PS-CDh à la Région. Electeurs, Namurois... vos gu.....!

eric hourant | 14 août 2014
Effectivement, le résultat d’une consultation populaire dépend de la façon de poser les questions. Pour faire simple, ne serait-il pas judicieux de d’abord demander aux namurois s’ils ont envie d’un centre commercial intramuros à Namur ?

Maurice Delplace | 14 août 2014
Un certain cynisme : on ne pose une question que si on sait que la réponse sera favorable. ais en fait c’est aussi vieux que le principe du gouvernement. Machiavel vient au secours de tous...

Fabian Mathese | 14 août 2014
Une statistique que je lisais hier : Entre 2009 et 2014 la surface commercial en belgique est passée de 17.655.000 à 18.523.000. Par contre Durant la meme période la surface commercial vide est passée de 868.000 m2 à 915.000 m2. Pourquoi construire de nouvelle surface commercial lorsque celle vide ne augmentent. Que l’on remplisse déjà l’espace vide et après on verra. Voilà une bonne raison pour voter contre !

Jean Lefe | 14 août 2014
J-P Dupont Vous avez entièrement raison , il y a plus de 10% des surfaces commerciales qui sont vides et on continue à investir dans ce créneau , il faudra que l’on m’explique .Idem pour les immeubles de bureaux , on continue à en construire et on est obligé d’en transformer certains en logements . Quel monde de fous

Walter Huybrecht | 14 août 2014
La consultation populaire n’est pas une garantie que la meilleure solution soit adaptée, mais qu’une majorité des PARTIPANTS y trouve un avantage. La façon de poser les questions influencera déjà les réponses. Sur l’agora les Athéniens né à Athène de parents Athéniens réagissaient à chaud aux discours des protagonistes. Actuellement chaque proposition est largement et longuement développée dans les médias avec toutes les drives possibles. Le système moderne d’éléctions démocratique est le moins mauvais, mais il est loin d’être parfait.

yves bartier | 14 août 2014
Aux origines, les inventeurs de la démocratie votaient à main levée sur l’agora. Aujourd’hui, les politiciens, soi-disant hérauts de la démocratie, craignent le referendum comme la peste...("demo"-"kratein" : "le peuple"-"décide"...)

Jean-Pierre DUPONT | 14 août 2014
A l’heure où de plus en plus de grandes surfaces se remettent en question en voilà une de plus pour s’installer en lieu et place d’un parc utile à la vie urbaine ! Business oblige !


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0