Accueil du site > Consultation Populaire > Lettre ouverte aux échevins et échevines de la ville de Namur

Lettre ouverte aux échevins et échevines de la ville de Namur

lundi 15 septembre 2014

Madame, Monsieur,

Permettez-moi de revenir sur la séance de conseil communal de ce jeudi 11 septembre.

Dans cette campagne menée par le collectif pour la sauvegarde du parc Léopold à Namur,

vous avez déjà usé de votre pouvoir de refuser le dialogue avec vos citoyens.

Vous avez également usé de votre pouvoir de mettre au panier une pétition de 12.300 signatures qui appelait à nouveau à ce dialogue.

Et enfin, vous avez usé de votre pouvoir de traiter avec mépris et ironie une interpellation faite dans le cadre d’un conseil communal.

Mais , parce que la population doit légitimement pouvoir revendiquer le droit à exister et à être entendu, le code de la démocratie a prévu dans ses textes un recours ultime : la procédure de demande de consultation populaire d’initiative citoyenne.

Procédure d’une lourdeur extrême et, de surplus, non contraignante , mais qui a le mérite d’exister.

En persistant dans votre initiative de consultation populaire, dont chacun aura compris qu’elle n’a pour seul objectif que de décapiter l’initiative citoyenne , vous créez un précédent qui pourrait faire croire aux pouvoirs politiques que toute initiative citoyenne de ce type pourrait être définitivement contrecarrée par une initiative du même genre déposée quelques jours auparavant.

Dans toute l’histoire de la consultation populaire et, malgré une résistance farouche de certains communes à l’organiser, jamais une manœuvre aussi machiavélique et autoritaire n’avait été mise en place pour en empêcher l’organisation.

Il ne s’agit plus ici de quelques arbres ou d’un parc de centre ville.

Il s’agit, ni plus ni moins d’un lamentable détournement de l’esprit même du code de démocratie, d’un abus de pouvoir destiné à museler toute velléité de contestation, d’un dangereux précédent, d’une étape supplémentaire dans le creusement du fossé toujours plus infranchissable qui se creuse entre le citoyen et le pouvoir politique …….. il s’agit ni plus ni moins d’une atteinte à la plus élémentaire démocratie qu’est le droit à l’expression.

Démocratie qui fait de nous, dit-on, des hommes civilisés.

Nous entendons et encourageons l’expression de la diversité des opinions sur le projet du Parc Léopold, que nous estimons être une richesse à préserver pour ce qu’elle nous oblige à nous concerter pour trouver une solution à nos divergences.

Mais nous ne pourrons jamais admettre que soit ainsi bafoué un droit qui , dans de bien tristes circonstances, a mené aux catastrophes humaines que vous connaissez.

Dans ce domaine, le projet du parc Léopold fait office de petit poucet mais il est révélateur d’une bien dangereuse tendance, que nous aurons à cœur de combattre.

Nous continuerons donc à employer tous les moyens pour faire entendre et accepter notre légitime demande pour une consultation populaire d’initiative citoyenne sur le projet du parc Léopold .

Pour le collectif, plus déterminé que jamais,

Marcel Guillaume.

Porte parole du collectif /Pour la sauvegarde du parc Léopold à Namur / Président de la locale namuroise des Amis de la Terre Rue Joseph Lemineur, 26 5020 Vedrin marcel.guillaume1@gmail.com namur@amisdelaterre.be Tél : 081/214969 GSM : 0476/779815 www.namurparcleopold.be www.facebook.com/NamurParcLeopold


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0