Accueil > Revue de presse > « Nous ne voulons pas d’un Namur comme cela »

« Nous ne voulons pas d’un Namur comme cela »

mercredi 14 janvier 2015, par Le Soir

Le PTB s’est à son tour prononcé sur la consultation populaire organisée autour du parc Léopold.

Selon le collectif, l’opposition PS et le PTB, les questions de la consultation populaire de la ville étaient orientées. © Belga
Selon le collectif, l’opposition PS et le PTB, les questions de la consultation populaire de la ville étaient orientées. © Belga
SUR LE MÊME SUJET
Parc Léopold : Furlan rejette le recours du collectif
Parc Léopold : le collectif réussit son pari
Le site des défenseurs du Parc Léopold
Le parc Léopold : les oiseaux qui chantent, les gens qui parlent, partageant leur joie de vivre, etc. Bref, un songe parfois rattrapé par la réalité vu l’insécurité et la saleté qui règnent par moments sur place.

Pour rappel, la Ville de Namur compte le raser pour y placer un énorme centre commercial. Seulement, c’était sans compter la constitution d’un collectif prêt à défendre ce parc. Un collectif qui a même réussi l’exploit d’obtenir assez de signatures pour pouvoir organiser une consultation populaire.

Cependant, la Ville en a décidé autrement en organisant sa propre consultation populaire, en posant ses questions, annulant l’initiative du collectif. Et ce sont bien ces questions qui posent problèmes.

Un mastodonte qui va mettre le commerce namurois à genoux
Selon le collectif, l’opposition PS et maintenant, le PTB, il s’agit là de questions orientées, auxquelles il est difficile de répondre par la négative sans passer pour un « anti-Namur ». Ainsi, Thierry Warmoes et Pascal Dandrimont du PTB Namur-Luxembourg sortent du bois pour décrier « des questions grotesques ». « Ensuite, ce centre commercial va détruire l’emploi, va détruire le commerce. Si la Ville réclame trois fois oui, nous demandons de voter trois fois non ! », lance Thierry Warmoes.

Et ce dernier laisse la parole à Pascal Dandrimont, chargé de déballer la principale arme contre le collège. « Tout d’abord, nous aimons nos arbres. C’est le dernier espace vert de la Ville. C’est un patrimoine rare et les gens y sont attachés. Il n’y a rien de conservateur à préférer un espace d’échange de vie à un espace d’échange de marchandises. Nous aimons nos commerçants. Et si on vient ajouter un mastodonte commercial, il va mettre le commerce namurois à genoux. » Et pour illustrer ce deuxième argument, il relate ce qu’il s’est passé à Courtrai sur ces quatre dernières années. « Le centre commercial là-bas a été construit par le même promoteur que celui qui veut venir sur Namur. Quand on sort de ce bâtiment, tous les cinq commerces, trois commerces sont fermés. On lit « à louer » partout. J’ai discuté avec une trentaine de commerçants autour du centre. »

Il en a retiré quelques phrases : « Nous avons vu une cinquantaine de faillites pendant les travaux. Ça n’amène rien en ville. Les gens passent comme des zombies, les bras remplis de sacs. On nous avait promis de dynamiser la ville, mais on l’a dynamité ! » Les membres du PTB le disent : « Nous ne voulons pas d’un Namur comme ça ! »

Source : Mis en ligne le 14 janvier 2015 Par Lionel Georges
disponible sur : http://www.lesoir.be/757698/article/demain-terre/environnement/2015-01-14/nous-ne-voulons-pas-d-un-namur-comme-cela


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0