Accueil > Revue de presse > Confluent publiera une partie du débat sur le Parc Léopold et la consultation (...)

Confluent publiera une partie du débat sur le Parc Léopold et la consultation populaire

samedi 31 janvier 2015, par Confluent - le bimensuel des Namurois

Le lundi 12 janvier, Canal C nous a permis de suivre en direct un échange de vues, courtois mais ferme, entre les protagonistes du débat sur l’avenir du parc Léopold. Quelles leçons en tirer ? Nous avons tenté de démêler le vrai et le faux dans les dires des uns et des autres.

Pendant plusieurs jours, Confluent publiera une partie du débat sur le Parc Léopold et la consultation populaire.

Donnez-nous votre avis en direct sur cette page !

Première partie :

1. Les centres commerciaux détruisent le commerce urbain (Prévot).
VRAI

C’est avéré partout. Le commerce des villes d’Arlon, Wavre, Charleroi, Mons a été tué par les centres commerciaux construits en périphérie. Mais il est également fréquent que des centres commerciaux urbains aient le même effet, ainsi à Courtrai (Dandrimont). Il est cependant possible de l’éviter, comme le montre l’exemple de Maastricht (Gavroy).

2. De nouveaux centres commerciaux pourraient menacer le pôle namurois (Prévot – Gavroy)
VRAI et FAUX

Un mini-centre commercial a été créé à Fosses. Il est le fait d’un promoteur local et tend à répondre aux besoins de la région proche. De tels projets peuvent voir le jour ailleurs. Mais il est peu vraisemblable que de gros centres commerciaux soient lancés dans un rayon de 40 km autour de Namur, sauf s’ils sont très spécialisés (par exemple, Décathlon va, avec l’accord de la Ville, agrandir fortement sa superficie). Par contre, les centres existants sont appelés à grandir encore (notamment celui de Louvain-la-Neuve).
Dire que les projets anciens sont « prêts à rebondir » (Gavroy) n’est pas exact : le terrain de Rhisnes visé par le projet Anselme a été racheté par le BEP et englobé dans le parc Écolys ; le groupe Thomas et Piron a renoncé à son projet Mikado, sauf si la Ville change d’opinion ; le projet d’Erpent est rendu impossible par le schéma de structure. Il reste le terrain d’Assesse...

3. Il faut construire un centre commercial à Namur pour écarter le risque qu’il s’en crée ailleurs (Prévot – Gavroy)

FAUX

Si un promoteur se sent assez fort pour se lancer dans une concurrence contre les centres commerciaux de Louvain-la-Neuve et de Charleroi (voir le projet de Farciennes), il n’hésitera pas à affronter celui qui se construirait à Namur. C’est dans la logique même de la promotion commerciale dont les objectifs sont « essentiellement financiers ». Son analyse de la clientèle embrasse le potentiel de la zone de chalandise sans tenir compte des commerces existants, qu’il cherche, au contraire, à enfoncer en proposant quelque chose de plus attractif.

Mais l’autorité veille. Tout d’abord, il n’existe plus de zones appropriées au plan de secteur, qu’il faudrait donc modifier. Ensuite, selon le nouveau décret, c’est désormais le fonctionnaire régional qui accorde le permis pour les surfaces de plus de 2 500 m2. Ce dernier agit en fonction de la Déclaration de politique régionale, qui affirme le principe de centralité, et d’un schéma de développement qui vise à équilibrer l’offre sur tout le territoire. « Il faut lui faire confiance » (Caruso).

Lire la suite sur : la page facebook de Confluent

https://www.facebook.com/confluent.be/photos/a.714317118662593.1073741828.714301251997513/772860989474872/?type=1&theater

Source : https://www.facebook.com/confluent.be, consulté le 31 janvier 2015
lien : https://www.facebook.com/confluent.be/posts/772861719474799:0


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0