Accueil du site > Revue de presse > Sauvegarde du parc Léopold à Namur : le Collectif n’exclut pas un (...)

Sauvegarde du parc Léopold à Namur : le Collectif n’exclut pas un recours

mercredi 19 août 2015, par L’Avenir

Le Collectif pour la sauvegarde du parc Léopold à Namur ne baisse pas les bras mais ne descendra plus dans la rue pour distribuer des tracts et n’organisera plus des rassemblements pour protester contre la construction d’un centre commercial au square Léopold.

Il continuera toutefois à informer les citoyens et commerçants, suivra de près la procédure de demande de permis d’urbanisme et n’exclut pas d’introduire un recours. Ce n’est toutefois qu’une fois que le permis sera octroyé qu’un recours au conseil d’Etat pourra être envisagé.

« Le Collectif n’introduira pas un recours en son nom car c’est illégal mais toute association (faisant ou ne faisant pas partie du Collectif) ou personne physique peut le faire », a expliqué mercredi Marcel Guillaume, porte-parole du Collectif.

Henri Bogaert, le président du comité de conciliation mis en place après la consultation populaire du 8 février dernier lors de laquelle les Namurois s’étaient majoritairement opposés au projet de centre commercial tel qu’il était présenté, avait communiqué les conclusions du comité en juin. Pour le Collectif, ce comité a été mis en place pour « amortir l’échec politique de la consultation » et il estime que la Ville a pris des engagements avec le promoteur du projet contre lesquels elle n’a plus pu reculer.

« On a senti que le projet était plié »

« Lors de la dernière réunion du comité de conciliation, on a senti que le projet était plié », a confié Guy Lacroix de l’association ADSVN, qui fait elle aussi partie du Collectif. Même si une consultation populaire est consultative, il regrette que la Ville rejette l’avis des citoyens pour « garder le privilège avec un promoteur dont le projet changera complètement la physionomie de la Ville ».

Parmi ce qu’il reproche au projet de centre commercial repensé, le Collectif épingle notamment le jardin sur le toit qui est « un coup magistral du promoteur pour faire croire à la population qu’il a été à l’écoute de sa demande », déplore Marcel Guillaume. Pour lui, la Ville met en avant le caractère public de cet espace vert alors que ce sera aménagé et géré par du privé. « Et si les gens veulent une place intéressante, ce sera dans le cadre d’activités Horeca. Ils seront donc obligés de consommer. »

Le Collectif continuera à diffuser aux Namurois et aux commerçants une information contradictoire. « Après avoir bataillé trois ans, je ne suis plus disposé à faire signer des pétitions, à descendre dans la rue, à défendre les commerçants de la Ville… À partir du moment où ils recevront l’information, ce sera à eux de prendre leurs responsabilités », a ajouté Marcel Guillaume. L’information reprendra dès le mois d’octobre.

Source : http://www.lavenir.net/cnt/dmf20150..., Accueil Régions Province Namur Le fil d’actu - mercredi 19 août 2015 17h40 - Belga ---EdA — Florent Marot


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0